Comment bien préparer le repas de votre enfant ?



Le moment du repas de bébé peut être un moment de pression, surtout après une journée déjà bien chargée. Le contenu de l’assiette est très important, mais le comportement des parents aussi. Voici quelques règles et astuces pour que le repas de Bébé soit un moment agréable, calme et plein d’échanges ! 😊


Le repas est une activité à part entière et, comme toute activité, il doit avoir un début, un déroulé et une fin bien identifiés. Pour aider votre enfant à « visualiser » le temps de repas, vous pouvez instaurer des repères :

👉 sonores : passer la même musique avant/après chaque repas ou chanter une chanson, par exemple. En l’occurrence, contrairement à ce que fait Anne-Laure, préférez une chanson calme à du Metallica...
👉 visuels : changez l’intensité de la lumière (tel un dîner aux chandelles, par opposition à l’éclairage fort et blafard d’un open space) ou montrez un objet, une image en lien avec le repas : un dessin que vous auriez fait avec votre enfant, oui présentez-lui son bavoir avant de l’installer à table
👉 environnementaux : amenez votre enfant dans la cuisine avant le repas pour lui montrer ce qu’il y a au menu, ou installez-le toujours au même endroit pour le temps calme d’après repas.

      Quelque soit le rite que vous construisez en famille, il est indispensable d’annoncer le temps de repas par quelques mots simples « c’est le moment du repas » « tu vas manger » et « le repas est terminé » ou « tu as fini de manger » par exemple.


      Vous pouvez aussi associer votre enfant au temps de préparation de son repas en l’installant à proximité (sur sa chaise-haute ou son transat) pendant la préparation de son assiette ou de son biberon. Cela lui permet d’identifier l’activité qui s’annonce et participe donc à créer un rituel autour du repas.


      Bref, un rituel, comme celui du couché ! Tous les soirs, c’est pyjama, pipi, les dents, une histoire, un bisou et dodo (dans le même lit, avec les mêmes accessoires, au même endroit). Eh bien c’est pareil pour le repas !


      Pour un repas serein, il faut créer un environnement serein. Il faut donc réduire les distractions extérieures, qu’elles soient visuelles ou sonores. La check-list est la suivante :

      👉 Eteignez les écrans : télévision, ordinateur et téléphones sont mis de côté pendant le repas. Parce que c’est un moment de partage, de complicité, d’échanges, pendant lequel vous vous intéressez plus à votre enfant qu’à votre fil d’actualité sur Facebook. Et parce que vous préférez sans doute qu’ils en fassent de même dans quelques années !
      👉 Evitez la radio ou la musique forte, ou alors une musique douce et à bas volume, qui fait partie du rituel
      👉 Eloignez l’agitation de la maison : demandez aux autres membres du foyer de ne pas s’agiter à côté du bébé qui prend son repas. Soit ils vont dans une autre pièce, soit vous vous expatriez dans la cuisine
      👉 Tournez votre enfant face à vous et dos aux distractions. La porte d’entrée, la fenêtre pourraient lui offrir un spectacle qui n’est pas nécessaire pendant le repas.

        En fin de compte, moins votre enfant sera distrait, plus il sera intéressé par son repas et la découverte de nouvelles saveurs.


        Il est important d’annoncer les plats à votre enfant pour qu’il commence à associer un mot à un goût, à une image et qu’il ne soit pas surpris à la première bouchée. Les aliments doivent toujours être présentés de façon neutre ou positive (encore plus si c’est une nouvelle saveur) pour ne pas influencer l’appréciation de votre enfant. Si vous avancez une cuillerée d’un certain aliment en ayant un doute sur le fait que votre enfant va le manger, voire en faisant une petite grimace, votre enfant va sans doute accueillir l’initiative avec méfiance. Assez logique, finalement...

        Votre enfant est déjà une personne à part entière, qui se forge ses goûts. Mais justement, laissez-le se les forger seuls, sans hériter de vos dégoûts !


        Votre bébé ressent les émotions que l’on projette. On peut retrouver un effet miroir entre parent et enfant : « si le parent est énervé en donnant la soupe, l’enfant est énervé et refuse la soupe », « si le parent est calme et joyeux, le bébé est calme et joyeux ». Donc essayons d’être calme et détendu pour profiter  pleinement de ce moment d’échange en famille !  On vous prépare d’ailleurs un épisode sur le sujet !


        L’appétit de votre enfant vous tracasse ? Pas de panique si votre enfant mange peu à un repas, l’équilibre alimentaire ne se construit pas sur une journée entière mais à la semaine. Pour se rassurer, on peut tracer la courbe de poids : si elle suit son cours, tout va bien, votre bébé mange suffisamment.

        De manière générale, votre enfant écoute et respecte ses sensations de faim et de satiété. S’il dit stop c’est qu’il n’a plus faim, donc écoutez-le !

        Le chocolat : bon ou mauvais pour mon enfant ? 🍫 👶

        Fortement apprécié des petits comme des grands, le chocolat est devenu un aliment très consommé. En Allemagne, la consommation par an atteint des sommets avec plus de 11 kilos par habitant, en France on passe pour des petits joueurs en consommant en moyenne 7 kilos par personne. Les parents sont souvent tentés de donner à leur enfant du chocolat assez tôt. Mais à partir de quel âge est-il possible de donner du chocolat à son enfant et est-ce vraiment bon pour sa santé ?

        Le chocolat est constitué de cacao en poudre et de beurre de cacao, tous deux extraits de la fève de cacao. Et à cela peuvent être ajoutés du sucre, du lait, des fruits à coque et autres ingrédients variés.

        D’un point de vue nutritionnel, cet aliment contient des minéraux comme le magnésium, le fer ou le potassium, des vitamines (B2, PP, B9) un peu de protéines, des lipides et des glucides.

        Dès 6 mois, on peut ajouter des céréales au cacao dans le biberon de lait 2ème âge, ce qui permet d'introduire ce nouveau goût dans l'alimentation du nourrisson. La poudre de cacao ne contenant pas de lipides, tant qu'elle est consommée en quantités raisonnables (pas plus d'un biberon par jour), elle ne pose pas de problèmes concernant sa digestibilité pour l'enfant dont le système digestif n'est pas encore mature.

        Si l'enfant commence à refuser son lait nature, du cacao en poudre peut être ajouté à son lait (avec ou sans sucre selon la réaction de l'enfant), à ne pas confondre avec le chocolat en poudre pour enfants, souvent trop sucré et additionné de divers produits comme des lécithines de soja ou des arômes.

        Le chocolat en tablette peut être « testé » autour de 9 mois à raison d'un petit carré de temps en temps mais faites attention aux chocolats contenant des fruits à coques (noisettes, amandes, etc.) en cas d’allergie. Il est préférable d'y aller progressivement et de commencer par du cacao en poudre, moins allergisant et attendre l'âge de 2 ans pour le chocolat en tablette.

        À partir de 2 ans, le système digestif de l'enfant est presque mature donc il peut commencer à manger du chocolat en tablette, toujours dans les limites du raisonnable, c'est-à-dire pas plus de 20g par jour, ce qui équivaut à 4 carrés « classiques ». Cet aliment va lui apporter des nutriments, des lipides, des glucides et des minéraux. Le chocolat, bien qu'il ne soit pas indispensable, constitue donc un apport intéressant en nutriments et en énergie.

        A partir de 3 ans, l'enfant peut manger des gâteaux, biscuits, mendiants au chocolat sans causer de problèmes digestifs s'ils sont consommés en quantités raisonnables encore une fois, c'est-à-dire en petites quantités pas plus de 4 fois par semaine.

         

         

        Pour le goûter, vous pouvez l’accompagner d'un morceau de pain, cela va apporter aux enfants des glucides complexes et des lipides, ce qui va leur fournir de l'énergie à long terme et des glucides simples pour leur fournir l'énergie immédiatement disponible. Ce goûter permet d'éviter les viennoiseries et gâteaux industriels, souvent trop riches en lipides et sucres ajoutés, ainsi qu'en produits tels que des conservateurs, agents de saveurs et autres surprises...

        D'une manière générale, il vaut mieux privilégier le chocolat noir ou le chocolat au lait au chocolat blanc qui n'est en réalité que du beurre de cacao avec du sucre et des arômes, ses intérêts nutritionnels sont donc très réduits, voire inexistants. De plus, il vaut mieux choisir des chocolats de qualité en vérifiant la liste d'ingrédients sur les emballages, moins il y en a et mieux c'est !

        👉 Il ne faut pas diaboliser le chocolat, l’aliment n’est pas indispensable pour la croissance et le développement de bébé mais tant qu’il est consommé en quantité raisonnable, tout va bien !

        👉 Ne pas donner du chocolat tous les jours à bébé, pas plus de 20g à chaque fois et privilégiez le chocolat noir.

        Le fer dans l’alimentation de bébé ! 💪

        Parmi les nombreux éléments à intégrer dans l’alimentation d’un bébé, il y a le fer, constituant majeur de l'hémoglobine (la protéine des globules rouges). Il intervient dans de très nombreux processus cellulaires et est indispensable au transport de l'oxygène dans le sang, vers tous les tissus.

        La carence martiale (ou carence en fer) a ainsi des conséquences cliniques nombreuses et variées. C’est la plus fréquente des maladies nutritionnelles notamment chez les jeunes enfants. Quels en sont les symptômes ? Anémie, troubles du développement neurologique, susceptibilité accrue à certaines infections, troubles des phanères (cheveux, poils et ongles) et des muqueuses, grande fatigue et les troubles de la température du corps.

        Il existe deux types de fer :

        👉 Le fer héminique (provient directement du sang ) : issu des viandes, poissons, volailles et des abats. Son absorption intestinale est de 20 à 30 %.

        👉 Le fer non héminique : provenant des végétaux, du lait et les œufs. Son absorption intestinale est cette fois de 2 à 5% SEULEMENT.

        Les aliments les plus riches en fer sont le boudin noir et les viandes. Certains végétaux sont réputés riches (épinards , légumineuses …) en fer, mais ne sont en fait pas des sources en fer suffisantes car leur taux absorption est minime. Ainsi, 100 g d’épinards permettent l’absorption de 4 fois moins de fer que la même quantité de viande de porc, alors qu’ils sont 2 fois plus riches en fer ! 

        Le lait maternel et la préparation infantile sont indispensables aux nourrissons pour leur apport en fer. Les laits infantiles contiennent 20 fois plus de fer que le lait de vache. Quant au lait maternel, il contient moins de fer que les laits infantiles mais les apports seront aussi bons, car le fer du lait maternel est particulièrement bien absorbé (taux absorption à 50%). Si une quantité suffisante de viande est consommée par l’enfant, le lait de croissance peut-être remplacé par du lait de vache   à l’âge de 3 ans.

        Il est primordial de continuer à donner du lait maternisé au nourrisson jusqu'à l'âge de 3 ans. Il est aussi important de nourrir son enfant avec des aliments riches en fer et en vitamine C : une portion de viande par jour à partir de 6 mois en augmentant progressivement les quantités, accompagnée de fruits , légumes et féculents .

         

        Le grignotage

        Samedi, 10h30. Le petit déjeuner est terminé depuis 2 petites heures et votre enfant vous réclame déjà à manger. C’est l’heure du dilemme, vous ne savez pas quoi faire : si vous lui donnez à manger, vous avez l’impression de céder à tous ses caprices, si vous ne lui donnez rien, vous avez peur qu’il s’affame. Dans les deux cas, vous vous sentez coupable !

        Le grignotage est le fait de manger entre les repas, sans forcément avoir faim. On donne des gâteaux, des bonbons, en se disant que ce ne sont pas 3 bouchées qui posent problème. Et quand donne des fruits, là on a même l’impression de mériter un Oscar. Erreur ! Et explications.


        Donner à manger à son enfant à toute heure l'habitue, parfois très jeune, à de mauvaises habitudes alimentaires : le grignotage peut même avoir des conséquences néfastes sur la santé, comme le  surpoids, mais aussi sur son comportement : l'enfant perd le repère des repas, et pense avoir le pouvoir puisque dès qu'il pleure, il obtient un biberon ou une sucrerie.

        Si un enfant réclame à manger entre les 4 repas principaux (petit-déjeuner, déjeuner, goûter, dîner), c’est probablement à cause d’un repas déséquilibré et pas suffisamment rassasiant. La première solution est peut être d’augmenter légèrement les quantités, notamment de féculents, pour une meilleure satiété. Si cela n’a pas d’effet , parlez-en à votre pédiatre.

        Attention toutefois à ne pas répondre à toutes les demandes (pleurs, cris, caprices) de l’enfant par de la nourriture. L’enfant se manifeste pour bien d’autres raisons que la faim !

        Le goûter est un allié face au grignotage. C’est un repas à part entière, il doit donc être équilibré et diversifié. Les sucreries et encas à haute densité énergétique doivent être consommés occasionnellement. Au quotidien, on composera le goûter d'un produit laitier, d'un produit céréalier (pain, biscuits pas trop sucrés, céréales infantiles..), d’un fruit frais et d’eau. Ce goûter doit être pris minimum 2 heures avant le dîner, autrement l'enfant n'aura plus assez faim et ne mangera pas correctement au moment du dîner.

        👉 Peu importe ce que l’enfant  grignote, sucrerie ou fruit, l’organisme doit se reposer entre les repas.


        👉 Si votre enfant réclame à manger entre les repas, vous pouvez augmenter la dose de féculents présente dans ses plats pour éviter qu’il ait faim.


        👉 Le goûter est un véritable repas, il ne faut pas le négliger.

            🌞Gaspacho de tomate et sardine émiettée 🌞

            Aujourd'hui, Marc vous propose de découvrir une de nos recettes phare de l'été, cap sur l'Espagne avec notre délicieux gaspacho ! Dépêchez-vous de la réaliser avant que les tomates disparaissent des étals pour laisser leur place aux légumes d'hiver 🍅 😊

             

            🕐 10 min de préparation

            👶 à partir de 10 mois

              

            ✨  🐟 🍅  Les ingrédients : 🍅 🐟  ✨

            150g de tomates

            80g de pois chiches cuits

            Le jus d'un demi citron

            3 cuillères à café d'huile de colza

            20g de sardines

             

            😋 🍴 Les étapes à suivre : 🍴 😋

            1. Lavez, pelez et épépinez la tomate. Mixez-la très finement avec l'huile, le jus de citron et les pois chiches.

            2. Servez et émiettez les sardines sur le gaspacho (si votre enfant n’est pas encore fan des petits morceaux, vous pouvez mixez finement la sardine avec un peu d’eau). Servez et dégustez 😍

            🍲 Ratatouille et céréales au chorizo 🍲

             

            Pour faire durer l'été, on vous propose aujourd'hui de découvrir une recette typiquement provençale : la ratatouille avec les légumes du soleil qu'on aime tant 😍. On l'a revisitée à notre façon avec des céréales, du chorizo et du parmesan, on espère que la recette vous plaira 😋 👍 

             

            🕐 10 min de préparation

            🕐 15 min de cuisson

            👶  à partir d'un an

             

            🍆 🍅 🧀   Les ingrédients : 🍆 🍅 🧀 

            50g de tomate

            50g de courgette

            50g d'aubergine

            40g de mélange de céréales (blé, riz, quinoa)

            1 cuillère à soupe d'huile d'olive

            Quelques brins de thym

            25g de cheddar ou de cantal

            30 à 40g de chorizo doux

             

            🍴 😋 La préparation : 😋 🍴

            Etape 1 : Faites bouillir de l'eau légèrement salée. Pendant ce temps, lavez les légumes et coupez-les en petits dés.

            Etape 2 : Dans une casserole, faites chauffer l’huile puis ajoutez les céréales, les herbes et les légumes. Mélangez et couvrez d’eau jusqu’à 1 cm au-dessus des légumes. Recouvrez d’un couvercle. Faites cuire pendant 15 à 20 minutes à feu doux, à l’étouffée. Vérifiez si les légumes sont bien cuits, sinon ajoutez encore un peu d’eau et prolongez la cuisson. S’il y a trop d’eau, égouttez l’ensemble.

            Etape 3Hachez finement le chorizo puis mélangez-le avec le cheddar ou le cantal râpé. Servez la ratatouille saupoudrée de fromage, de chorizo et d'une pincée d'amour 😍.

            ✨ Purée de courgettes et chou-fleur ✨

            Qu'est-ce qui est blanc et plein de vitamine C ? 💭

            Le chou-fleur bien sûr ! Et pour l'honorer, on vous propose de découvrir cette chouette recette d'été pour les bébés dès 6 mois  😋

             

            🕐  10 min de préparation

            🕐  15 min de cuisson

             

            🌽 🍅 🥕 Les ingrédients : 🌽 🍅 🥕

            1 petit morceau de courgette

             

            1 petit morceau de chou-fleur

            1 pomme de terre

            1 cuillère à café d'huile d'olive

            1 petit morceau de poulet 

            1 pincée d'amour 💖

             

             

            🍽  😋  La préparation : 😋  🍽 

            Etape 1 : Faites bouillir de l'eau. Bien laver et couper la courgette, la pomme de terre et le chou-fleur en tronçons.

            Etape 2 : Faites-les cuire dans la casserole d'eau avec le poulet. Retirez-les lorsqu'ils sont bien cuits (10 à 15 minutes).

            Etape 3 : Mixez finement avec 2 cuillères à café d'huile d'olive et ajoutez un peu d'eau (ou de lait infantile) pour obtenir la consistance d'une soupe fluide.

            Etape 4 : A table ! 😍